FANDOM


Anubis Modifier

Anubis-2585786

Anubis, image libre de droits, Pixabay

La religion tenait une place importante dans la vie des Egyptiens durant l'Egypte Antique. Ils vénéraient des centaines de dieux et de divinités. Certains faisaient même l'objet de fêtes qui pouvaient se prolonger sur un mois. 

Anubis (prononcé [a.ny.bis]) est un dieu funéraire de l'Égypte antique, maître des nécropoles et protecteur des embaumeurs, représenté comme un chacal (dont la nature charognarde explique la représentation) ou comme un homme à tête de canidé. La signification du mot Anubis, inpou en égyptien ancien, Anoub en copte, Ἄνουβις / Anoubis en grec ancien, demeure obscure : de nombreuses explications ont été avancées, mais il peut s'agir simplement d'une onomatopée traduisant le hurlement du chacal. La forme canine du dieu a probablement été inspirée aux Anciens Égyptiens par le comportement des canidés, souvent charognards opportunistes errant la nuit dans les nécropoles à la recherche de cadavres.

Les principales épithètes du dieu Anubis mettent en avant ses liens avec les grandes nécropoles du pays et son rôle de divinité funéraire qu'il y exerce. Son culte est attesté à travers tout le territoire égyptien depuis le xxxiie siècle av. J.-C. et a été intense durant plus de trois millénaires, pour ne s'éteindre qu'entre les ive et vie siècles apr. J.-C., à la suite de l'essor du christianisme. Si Anubis est une divinité nationale, il est toutefois régionalement très lié aux XVIIe et XVIIIe nomes de Haute-Égypte et plus particulièrement à la ville de Hardaï, plus connue sous le nom grec xde Cynopolis, la « ville du chien ».

Les prêtres égyptiens sont à l'origine de multiples traditions relatives aux liens familiaux d'Anubis, en faisant de lui le fils de la vache primordiale Hésat ou le fils de Rê avec Nephtys. Une version, transmise par le grec Plutarque au iie siècle de notre ère, fait de lui le fils adultérin de Nephtysavec Osiris. Quand ce dernier est assassiné et démembré par Seth, Anubis participe avec Isis et Nephtys à la reconstitution du corps d'Osiris, inaugurant par ce geste la pratique de la momification. Assigné à la surveillance du « Bel Occident » — un euphémisme pour le pays des morts — Anubis accueille les défunts auprès de lui. Il momifie les corps afin de les rendre imputrescibles et éternels, il purifie les cœurs et les entrailles souillés par les turpitudes terrestres, il évalue les âmes lors de la pesée du cœur, puis accorde de nombreuses offrandes alimentaires aux défunts ayant accédé au rang de dignes ancêtres.

Il semble qu’Anubis n’avait pas de fêtes régulières célébrées dans le pays. Cependant, il était vénéré à chaque embaumement et dans de nombreuses nécropoles.

Légendes Modifier

Anubis est le connu Dieu égyptien de la mort. De son autre nom Apu il apparait sous la forme d'un chacal noir. Il porte également dans une main une croix, un sceptre dans la seconde. Dans la mythologie Egyptienne, de nombreuses légendes font référence à ce dieu qui accompagne le passage vers l'au delà.
Anubis-el-dios-egipcio-de-la-muerte

https://www.viajejet.com/wp-content/viajes/Anubis-el-dios-egipcio-de-la-muerte.jpg

  • Le dieu de la mort est notamment présenté couché sur une maquette, le cou orné d'un bandeau rouge avec de plus un fouet entre ses pattes postérieures.
  • Anubis n'aurait pas été le dieu de la mort en tout temps. En effet, il céda sa place à Osiris, sa mère, après la première période de l'Ancien Empire. Il occupa la nouvelle position d'"assistant" ou bien de co-pilote du dieu du culte des obsèques. Il dû alors, selon l'Egypte Antique, s'occuper du soin des corps lors de l'embaumement ainsi que de l'accompagnateur des âmes vers leur seconde vie.
  • Il serait le fils illégitime d'Osiris et de Nephtys, celle-ci s'étant déguisée et faite passée pour Isis, reine mythique et déesse funéraire de l'Egypte Antique, femme d'Osiris.
  • La légende d'Anubis est bien connue. Dans le fameux Livre des Morts, il est sommé de présider la pesée du coeur en emmenant le défunt dans le chambre des Deux Vérités. Son rôle relève de l'accompagnement et non du jugement, qui doit rester objectif. Il garde la nécropole de tout danger et conduit les défunts au tribunal d'Osiris en l'attente de leur destinée.
  • Si la relation d'Anubis à la mort n'est pas à discuter, comme bien d'autres dieux égyptiens, Anubis ne serait pas seulement le dieu de la mort. En effet, selon les croyances dans l'Egypte Antique, les royaume des morts était associé à la terre du soleil couchant. Anubis est donc également le dieu des voyageurs, des orphelins privés de leurs parents, ainsi que tous ceux exposés à la mort. Ceci est en lien direct avec un autre nom porté par le dieu : Khenty-Imentiu qui signifie "le chef des habitants de l'ouest".

Pour en savoir plus : https://www.bubastis.be/religion/dieux/anubis.html

Les mythes Modifier

Anubis le Dieu psychopompe :

« La mort n’est que le commencement » en effet, lorsque le Ka et le Ba se séparent  l’âme du défunt est accueillie par Anubis aux portes du royaume des morts. Anubis aura dès cet instant le devoir de protéger l’âme du défunt tout juste libérée de tous les risques auxquels elle sera confrontée durant son voyage jusqu’à Osiris. Tous deux embarquent dans le bateau dit de « Kheper » et commence ainsi le long périple dans les eaux turbulentes du fleuve de l’Enfer. Les berges sont peuplées de terrifiantes créatures qui tentent de capturer le défunt mais le fidèle Anubis le protège. Il faut franchir sept portes pour sortir de ce royaume chacune est gardée par une divinité. La connaissance est nécessaire à leur ouverture car il faut que le défunt prononce les paroles magiques : «Ouvrez la porte, soyez mes gardes ». Après avoir franchit encore sept pylônes l’âme accompagnée d’Anubis accède à la salle du jugement. L’âme du défunt se retrouve dés lors confrontés à Osiris, Maât (déesse de la vérité et de la justice) et Thot (dieu de la sagesse et de l’écriture qui notera le jugement rendu) et l’on procède à la « pesée de l’âme ».

Le cœur du défunt est placé sur l’un des plateaux de la balance se trouvant devant Osiris, en équilibre avec Maât placée sur l’autre. Si ce qui est confessé est vrai alors le cœur conserve l’équilibre car il ne ment jamais dans le cas contraire le poids des péchés alourdira le cœur faisant pencher la balance. L’âme du défunt sera alors la proie de la « Dévoreuse ». Mais s’il est considéré comme « juste de voix » les portes de l’éternité lui seront ouvertes. La mission d’Anubis s’arrête après le jugement et une autre âme l’attend à l’entrée du royaume. 

Le Culte de la MortModifier

Momie

Pharaon momifié, dans son sarcophage

Les anciens égyptiens qui aimaient la vie souhaitaient jouir de tous les plaisirs terrestres dans l'au delà. Selon leur croyance, chacun possédait des éléments spirituels essentiels. Le Ka était la force de la vie créée à la naissance et libérée à la mort. Le ba représentait l'âme. Afin d'atteindre l'immortalité, le Ka et le Ba devaient demeurer unis avec le corps après sa mort, c'est pourquoi il fallait conserver la dépouille mortelle. Les pauvres étaient enterrés dans le désert où le sable desséchait leur cadavre. On déposait à leur côtés de la nourriture, des outils et des bijoux pour leur voyage aux côtés d'Osiris. Les riches étaient momifiés et enterrés avec leurs biens dans leurs tombes. Les cercueils étaient placés dans de grands coffres en pierre, les sarcophages qui les protégeaient des pilleurs et animaux sauvages.

Momie2

Momie égyptienne, corps embaumé

La momification était un rituel extrêmement long qui s'étendait sur soixante dix jours. Les prêtres embaumeurs retiraient le foie, les poumons, l'estomac, et les intestins de la dépouille et les déposaient dans de petits vases appelés canopes. Ces derniers étaient placés dans la tombe à côté de la momie. On enlevait également le cerveau mais on laissait le coeur, symbole de l'âme que le dieu Anubis devait peser. Le corps était lavé dans du vin de palme, puis recouvert de natron, un sel naturel qui absorbait l'humidité. Quarante jours plus tard les embaumeurs frottaient la peau du défunt avec des huiles, redonnaient sa forme au corps en le remplissant d'épices, d'étoffes, de sciure de bois, et de sable et l'enveloppaient de bandelettes de lin imbibées de résine. Entre les bandelettes ils glissaient des formules magiques et des porte-bonheur. A la fin de l'antiquité Egyptienne, on plaçait des feuilles d'or figurant les yeux sur les orbites des morts. Enfin ils déposaient la momie dans son cercueil. Le prêtre responsable de l'embaumement portait un masque de chacal pour symboliser Anubis.

Anubis pèse le coeur

Anubis le jugement, image libre de droits, Pixabay

La cérémonie de l'ouverture de la bouche était l'un des rites funéraires les plus importants. La famille du défunt psalmodiait des incantations tandis que les prêtres l'aspergeaient 'd'eau et touchaient les lèvres de la momie avec des instruments particuliers. Sans ce rite le mort n'aurait pu ni manger ni boire ni se déplacer dans l'au delà. S'ensuivait la pesée des coeurs, un rituel très important dans le processus de passage vers l'au delà. Le coeur du défunt siège de la conscience, de ses pensées et de sa mémoire est déposé sur le plateau d’une balance tandis que sur l’autre se trouve une plume d’autruche symbolisant Maat, déesse de la vérité et de la justice. Si le coeur pèse autant que la plume c’est que le mort a vécu selon les règles de morale et peut accéder à la vie éternelle. Si le coeur pèse plus lourd, il a vécu dans le mal et sera avalé par « la grande dévoreuse », un monstre de sexe féminin à tête de crocodile. Pendant ce temps le dieu Thot, scribe des dieux inscrit les actions de la vie passée du défunt. Le dieu Anubis agenouillé sur un coffre vérifie l’aiguille de la balance qui est ornée de la plume de Maat.

Culture populaire Modifier

Depuis le xixe siècle et l'apparition du phénomène de la culture de masse, l'image d'Anubis est véhiculée par l'entremise de nombreux supports médiatiques tels les livres de vulgarisationégyptologique, les reproductions d'artefacts antiques (statuettes et papyrus illustrés), les romans, les bandes dessinées, le cinéma, les sites internet. Grâce à ces moyens d'information et de divertissement, la représentation d'Anubis en tant qu'homme vêtu d'un pagne et doté d'une tête de chien est devenue immensément populaire, le dieu finissant par représenter le parangondes dieux hybrides de l'Ancienne Égypte. Fort de cette popularité, Anubis est intégré dans la trame de nombreuses fictions.

En 1983, dans le roman Les Voies d'Anubis, œuvre fondatrice du genre Steampunk, l'américain Tim Powers mêle, à travers différentes époques, divinités égyptiennes et personnages historiques (dont des poètes tels Coleridge et Lord Byron), dans des événements surnaturels ou fantastiques218.

Dans la série télévisée américano-canadienne Stargate SG-1 (dix saisons diffusées entre 1997 et 2007 aux États-Unis), Anubis est présenté comme un tyran intergalactique issu de la race des puissants extraterrestres parasites Goa'uld. Sur Terre, son action néfaste s'est surtout manifestée durant l'Antiquité, lorsqu'il se fait passer pour un dieu aux yeux du peuple égyptien.

Dans la bande dessinée de Fábio H. Chibilski, titrée Anubis Warrior (Le Guerrier d'Anubis) et éditée en 2012, une fraction des pouvoirs d'Anubis se transmet de génération en génération à un guerrier en lutte contre les forces du mal.

Pour en savoir plus : http://fanyoun.over-blog.net/article-5993480.html

ContactsModifier

Activité récenteModifier

Les photos et les vidéos sont un bon moyen d’ajouter des éléments visuels sur votre wiki. Trouver des vidéos sur votre thème en explorant la vidéothèque de Fandom.

Anubis-33974